Je viens de découvrir le premier disque de Grand Corps Malade (midi 20), avec lui j'ai découvert le slam. Ces poèmes en musique me touchent beaucoup. Sa voix est douce, chaleureuse, forte, avec un timbre particulier et je comprends bien ce qu'il dit parce qu'il articule bien. Je préfère très nettement aux rappeurs ! C'est vrai que c'est complètement différent.

Je peux me faire facilement des images, c'est comme dans une livre. Je ressens l'ambiance de la ville où il a grandi grâce aux images que j'arrive à me faire. J'ai maintenant hâte de découvrir son dernier album : Enfant de la ville.

GCM