blog.toiletteuse.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 28 novembre 2012

Des vacances en novembre

Partir un 11 novembre pour le nord de la France s'est bien s'assurer d'un peu de brouillard ! et de temps humide ! Mais bon on n'a pas eu de pluie une seule fois et même quelquefois du soleil.

Lille, ce n'est pas si loin ! en 5h30 on était arrivés chez nos amis.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quel plaisir de se faire chouchouter; Je me suis vraiment sentie en vacances "à ne rien faire".

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En fait on a fait beaucoup de choses : Visite du vieux Lille, repas moules frites, bière à la chicorée avant de se diriger vers le palais des beaux arts où sont exposés les tableaux des naïfs flamands. (par exemple Bosch ou Brueghel) : Si vous voulez faire des cauchemars ou faire peur à votre petite soeur emmenez les voir les rats qui sortent des trous de nez, des oreilles. L'enfer ! Je ne voudrais pas avoir ces tableaux là chez moi ! Mais j'ai bien aimé quand même l'expo.

arton2829-c1a42.png Site01-Bril_Mathieu_Le_paradis_terrestre_site-ea7ee__1_.jpg

Site02-_Brueghel_le_Jeune_Paysage_d_hiver_site.jpg Site04-Cristo_al_Limbo_in_un_Paesaggio_site-09b50.jpg

Ensuite, nous avons visité dans les salles en-dessous l'expo BABEL une expo sur le thème de la fameuse tour avec au moins cent oeuvres de différents artistes à travers les siècles.

John_Isaacs_site-3-767e3.jpg

LA_TOUR_DE_BRUXELLES_site-3-7ecbe.jpg

Wolfe_Lenkiewicz_site-2-4292e.jpg

Des vidéos représentaient des tours modernes assez inquiétantes

qui nous remettent en question sur notre façon de vivre (la consommation, la pollution et autres...). Certaines vidéos se transformaient un peu comme les lampes animées avec des personnages. On y voyait les ramasseurs de poubelles, le chauffeur de bus, la rivière qui coule etc.

arton2608-7ee4f.jpg

Barjam_site-3-7120f.jpg

Cette expo m'a fait beaucoup réfléchir : on

a tous droit au logement, un toit décent.

La tout de Babel en livres m'a particulièrement amusée; ça peut servir les vieux livres.

La_Tour_Tour_de_Babel__site-3-00c47.jpg

mardi 17 janvier 2012

Mon voyage à la REUNION

Départ dans le froid de Lyon (encore pas trop) et arrivée dans la chaleur à Saint Denis de la Réunion à 30 degrés.

Découverte de la flore de l'île de la Réunion : Mes yeux ne savaient plus quoi regarder, tellement il y avait de nouveautés autour de moi. Des arbres à fleurs, des arbres à fruits, des parfums, des couleurs : des hibiscus, des flamboyants, des orchidées, des hortensias, des combawas, des tulipiers, des caramboliers, des jambrosades, des manguiers, des framgipaniers, des arbres du voyageurs, des bougainvilliers, des oiseaux du paradis, des vacoas, des arbres à litchis etc....

reunion_085.jpgreunion_095.jpgreunion_108.jpgreunion_191.jpgreunion_196.jpgreunion_202.jpgreunion_204.jpgreunion_207.jpgreunion_216.jpgreunion_217.jpgreunion_219.jpgreunion_220.jpgreunion_221.jpgreunion_308.jpgreunion_383.jpgreunion_391.jpgreunion_394.jpgreunion_395.jpgreunion_399.jpgreunion_400.jpgreunion_415.jpgreunion_421.jpgreunion_425.jpgreunion_426.jpg

J'étais dans la famille d'Aurélien. Quand nous allions faire les courses, le shopping, sur les marchés, dans les supermarchés, chez les petits commerçants j'entendais parler le créole, mais aussi arabe, chinois et un français quelquefois bien arrangé (comme le rhum)..

J'ai remarqué très vite le brassage humain sur cette île. La pigmentation de la peau passe par toutes les couleurs, les dorées, les mates, les mates foncées, les très foncées. Les matières des cheveux sont variées, frisées, bouclées, raides, ondulées, crépues.

Les tenues vont de l'habillement européen, à créole, en passant par africain.

Les religions sont aussi multiples. J'ai vu des temples indiens, des mosquées, des églises chrétiennes de différentes confessions, des temples.

Pendant la période de Noël, il y a beaucoup de bruit, car tout le monde s'amuse et participe en faisant des feux d'artifice et des pétards à toute heure du jour et de la nuit.

Me retrouver en tee-shirt et sandales à Noël, je n'en revenais. Il faisait une moyenne de 30 degrés. Quelquefois la chaleur était un peu lourde. Les gens disaient :"Ah! il va y avoir un cyclone !".... Pluie, vents, trombes d'eau, j'ai pu voir le côté tropical du climat. Les gens trouvaient tout le temps qu'il manquait d'eau pourtant ils râlaient après la pluie. (ça ralentit la circulation, qui a déjà du mal à être fluide). Les gens se lèvent de bonne heure pour profiter de la fraîcheur du petit matin et se couchent de bonne heure.

La vie à la Réunion est chère. Tout est importé et cela est compris dans les prix !!!!! on paye tout plus cher. Les Réunionnais, quand ils viennent en métropole, en profite pour faire de bonnes courses, pour tout ce qui coûte chez eux. De nombreuses boutiques sont tenus par des chinois et des arabes.

La mer, on la voit de presque partout. Ce qui est incroyable, c'est les bleus qu'elle nous montre : ils sont particuliers à l'île et à chaque endroit de l'île. Elle est chaude, peuplée de poissons colorés, de requins (...) baleines et dauphins. Les plages les plus fréquentées sont celles où il y a les surfeurs et les plages des "oreilles" comme disent les gens de l'île. (Les Zoreilles (ou Zoreils) sont les Français venu de métropole à l'île de La Réunion, Plusieurs hypothèses ont cours sur l’île pour expliquer l’origine du mot. On l’utiliserait : parce que les Métropolitains tendent l’oreille pour comprendre le créole, la langue parlée dans ces îles ; parce que, quand les Métropolitains débarquent sur l’île, leurs oreilles deviennent rouges du fait de la chaleur tropicale ; parce qu'anciennement, lorsqu'ils venaient de France métropolitaine, c’était pour espionner la population locale en laissant traîner leurs oreilles et en rendre compte à Paris.)

Et bien sûr on ne serait pas à la Réunion si on ne parle pas, si on ne voit pas Le Volcan ! On m'a bien sûr présenté les différentes coulées, les années, l'étendue, les restes.... les miracles. Celles-ci sont le résultat des différentes éruptions. Une fois durcies, elles finissent par rejoindre la mer. J'ai traversé la fameuse plaine des sables. C'est immense, grandiose. Les gens disent que c'est un paysage lunaire. On marche sur des coulées de lave séchée. J'ai vu des cratères en formation. En redescendant du volcan, on a traversé la Plaine des Palmistes, un endroit nuageux avec une végétation très abondante.

J'ai remarqué que les gens ont beaucoup d'animaux domestiques qu'ils adorent. J'ai goûté à quelques rhums, coktails, des plats typiquement réunionnais : les rougails, les carris. J'ai même consommé des chenilles ! Ce que j'ai adoré, ce sont les litchis, les mangues, les ananas et toutes sortes de fruits.

Les Réunionnais sont joyeux, sympathiques, pas pressés, nonchalants (ben on ira demain, on ira tout à l'heure...), serviables.

J'ai hâte d'y retourner ... Merci de l'accueil chaleureux et de la gentillesse de la famille B.

mardi 21 décembre 2010

Un cousin au Népal

img143.jpg

samedi 30 janvier 2010

Kite à La Jolla

Pas si facile que cela, le vent était de bonne force.

IMG_3880.jpg

IMG_3868.jpg IMG_3869.jpg

IMG_3885.jpg

IMG_3882.jpg

IMG_3909.jpg

jeudi 28 janvier 2010

suite devinette

mais que fait-il, ça a l'air dur sur les bras !

IMG_3874.jpg

IMG_3875.jpg

indice :

on dirait qu'il y a du vent !

mercredi 27 janvier 2010

Devinette

Mais que font-ils donc ?

IMG_3877.jpg

IMG_3878.jpg

IMG_3879.jpg

samedi 23 janvier 2010

a la une

Bahia_di_los_angeles_1.JPG

la mer de Cortès : pureté de l'eau, paisible, des paillettes d'or sur le sable, des dauphins sous les yeux... et une multitude de vie sous-marine (à revoir une prochaine fois)

Saltlake_sunset.JPG

Les couchers de soleils : tous les soirs différents, devant l'immensité du Pacifique on ne s'en lasse jamais.

P1010519.JPG

et la baleine, proche des hommes, s'approchant de la barque, joueuse comme les dauphins, les otaries, les pélicans.

n'hésitez pas à cliquer dans les diaporamas pour les voir en plus grand.

mercredi 20 janvier 2010

d'ai photos du voyage

fincalifornie_063.jpg

fincalifornie_064.jpg

fincalifornie_074_-_Copie.jpg

fincalifornie_086.jpg

fincalifornie_098.jpg

fincalifornie_117.jpg

fincalifornie_114.jpg

fincalifornie_129.jpg

P1010230.jpg

P1010470.jpg

P1010782.jpg

P1080358.jpg

P1080390.jpg

P1080450.jpg

P1080451.jpg

P1080594.jpg

P1080542.jpg

P1080626.jpg

P1080628.jpg

P1080667.jpg

P1080637.jpg

jeudi 14 janvier 2010

impressions de voyage (3)

Yvon et Marlène, bien sûr, travaillaient cette première semaine. Nous en avons profité pour flâner, se promener, découvrir la vie américaine.

Pour continuer nos achats de noël, nous avons pris le bus 101qui s'arrête juste devant chez Yvon et Marlène et nous emmène à leur centre commercial préféré.

Dans les bus, j'ai remarqué que c'était très bien adapté pour les handicapés, beaucoup mieux qu'en France : les bus sont larges pour laisser passer les fauteuils. L'avant du bus est aménager pour pouvoir accueillir des fauteuils. Le chauffeur s'occupe d'installer correctement les personnes avec leur fauteuil ; ils les attachent avec des sangles pour éviter les risques. Les places pour handicapés sont très respectées, il faut dire que les amendes sont très élevées en cas d'infraction! (une personne que je connais serai ravie que ce soit comme cela en France)

Ca me fait tout drôle d'être dans un bus américain. Concernant les arrêts c'est moins bien indiqué qu'en France. Il faut bien connaître les arrêts pour se repérer. Nous on allait au terminus.

Le centre commercial est en plein air. C'est vaste, les boutiques sont installées le long de petites ruelles, piétonnes évidemment. C'est très bien aménagé, avec des décors de dauphins et de bassins. Noël se prépare : petite musique kitsch, décors pas trop surchargés et soldes un peu partout.

Nous passons beaucoup de temps dans certains magasins, à la fin de la journée on connaît le centre par coeur. Le midi on a vu qu'il était facile de se restaurer, on pouvait choisir parmi de nombreuses cuisines du monde.

J'ai vraiment eu l'impression d'être dans une série que se passe en californie ! (et c'est moi le sujet!)

Pendant le séjour, je suis allée plusieurs fois avec Yvon et maman faire les courses dans les supermarchés. J'ai vite compris comment cela fonctionne même si les rangements ne sont pas tous dans le même esprit qu'en France. J'ai admiré les étals de fruits et légumes. On peut acheter des fruits tout préparés, juste à les consommer ! hmmmm Pour les petits-déjeuners j'ai vraiment apprécié les muffins, ils sont à différents parfums : myrtilles, chocolat, banane, un vrai délice pour commencer la journée accompagné d'un expresso (et pas du régular américain)...

vendredi 8 janvier 2010

IMPRESSIONS DE VOYAGE (suite)

Le lendemain, j'ai fais les quelques mètres qui séparent l'appart. du Pacifique. J'y crois pas !

Le descente pour rejoindre la plage est un peu tortueuse, difficile d'accès, ce qui limite les foules..... C'est une falaise jaune vif, il faut s'accrocher pour descendre. Il faut utiliser ses muscles pour retenir la glissage. Cela demande de la concentration. Quand je vois l'agilité d'Yvon, pieds nus, le surf sous le bras, rapide, je n'en reviens pas. Il fait concurrence à son frère Charly.

Ce premier jour, nous sommes allés jusqu'à Del Mar, sur le haut de la falaise, en suivant le petit train qui relie San Diego à Los Angelès. J'ai dû mal à trouver des mots pour décrire cet océan tellement impressionnant. C'est immense, avec des vagues, des surfeurs, des gens qui marchent, des gens qui courent, des gens qui jouent avec leur chien.

P1080358.jpg

Nous poursuivons notre chemin pour découvrir la vie des californiens de Del Mar. Et bien sûr un petit arrêt obligatoire au fameux Starbuck !

P1080363.jpg P1080362.jpg

Pendant la première semaine, nous y sommes retournés plusieurs fois avec maman pour goûter les différentes spécialités de Noël. En même temps, nous faisions notre promenade quotidienne bord de mer et au retour les boutiques de Del Mar ; entre autres, la boutique chien-chien. Celle-ci fabrique et expose des gâteaux pour les anniversaires des "dogs" ! Il faut dire qu'ici les chiens sont nombreux et on s'occupe beaucoup d'eux.

P1080366.jpg P1080372.jpg

Ensuite, nous sommes allés dans le quartier gaslampquarter de San Diego P1080377.jpg où nous avons partager des plats mexicains (tex-mex, dirons nous) dans un resto sympa, où les serveurs étaient habillés en tenue de football américain et la télé grand écran diffusait un match.

P1080380.jpg P1080381.jpg P1080385.jpg P1080384.jpg P1080386.jpg

Et ensuite Petparade de Noël ! D'abord nous assistons à la préparation, arrivée des chiens et de leurs maîtres qui sont les uns et les autres habillés avec leurs vêtements de Noël : chapeaux, bois de rennes, lutin etc, et même sapin de noël! Il fait très beau, le défilé va commencer. Pour ouvrir la marche une moto de police, suivi par un puissant cheval de trait et derrière des centaines de maîtres et leur compagnon, surtout des chiens mais aussi quelques insolites (triton, chat, poisson, iguane...), tout cela dans une ambiance détentue, gaie, bon enfant. Pour fermer la marche, des agents de propreté! Vous pouvez voir le diaporama fait à cette occasion. Je remercie beaucoup Yvon et Marlène de m'avoir emmener voir cela, c'était vraiment spécial pour moi et très amusant.

Ensuite nous avons eu une grosse averse de pluie, et il y avait tout de suite beaucoup d'eau, des mares d'eau dans les rues car les évacuations sont rares (comme la pluie). On a en profité pour entrer dans un magasin de meubles design.

Et le soir, j'ai pu voir mon premier coucher de soleil sur le Pacifique.

jeudi 7 janvier 2010

Un plat des Américains du Sud ! mais pas des mexicains......

Origine du chili con carne (Wikipédia)

Bien qu'on l'associe souvent au Mexique, ce mets n'est pas d'origine mexicaine mais texane. Un dictionnaire mexicain de 1959 donne la définition suivante pour le chili con carne : « detestable food passing itself off as Mexican, sold in the U.S. from Texas to New York ». Qu'on peut traduire par « nourriture détestable qui tente de se faire passer pour mexicaine. En vente du Texas jusqu'à New York »2.

Voici les deux hypothèses les plus récentes qui s'opposent en ce qui concerne les origines de ce plat :

Selon la première, le chili aurait été créé à San Antonio et n'aurait été qu'un vague ragoût relevé de piments rouges séchés vendu par les chili queens sur la military plaza. Selon Le Monde en 2008, il fut inventé au début du XIXe siècle par un Allemand1. La seconde version parle du chili comme étant l'ordinaire des prisonniers Texans qui, pour les quelques heureux qui retrouvaient la liberté, tentaient de recréer ce platréf. nécessaire. Il est impossible de dire précisément quand le chili con carne fut cuisiné pour la première fois. Aux états-unis, les états du Texas, du Nouveau Mexique et même l'Arizona se revendiquent comme les terres d'origine du chili con carne. De nombreuses histoires plus ou moins vraisemblables circulent sur la recette d'origine. On entend d'un côté que c'est dans l'armée américaine que fut cuisiné le chili con carne pour la première fois. D'autres versions attribuent la paternité du plat aux Amérindiens ou aux immigrants grecs, irlandais, espagnols ou même chinois.

Il est difficile toutefois de nier l'influence de la cuisine mexicaine, dans laquelle on mélange souvent différentes gousses de piments pour obtenir des variantes de saveurs. Le meilleur exemple en est le mole, une sauce épicée utilisée entre autre dans la préparation du plat typiquement mexicain le mole poblano (mot à mot la sauce de Puebla, une sauce cacaotée et épicée qui accompagne traditionnellement la dinde et le poulet, mais aussi la viande de porc ou le poisson).

Une origine possible de ce plat viendrait d'une méthode de conservation connue des amérindiens sous le nom de pemmican, et encore utilisée aujourd'hui dans les Caraïbes sous le nom de Jerk, qui consiste à sécher la viande au-dessus d'une certaine température avec un mélange d'épices fortes, de sel et de graisse. C'était une méthode utilisée au milieu du XIXe siècle pour conserver les denrées en vue de longs voyages à travers les États-unis. Conservée de cette façon, la viande pouvait être ensuite préparée avec un peau d'eau et de farine de blé ou de maïs pour former une sorte de soupe épaisse ou de ragoût.

Selon une autre histoire, le chili con carne fut introduit dans les prisons texanes, car les piments et la viande de bœuf comptaient alors parmi les aliments les moins chers, ce qui rendait le plat bien adapté à la pitance de prisonniers.

La première recette écrite attestée et conservée de chili con carne se trouve dans le Livre de cuisine de Mrs. Owen (Mrs. Owen's Cook Book) en 1880. Une autre recette se trouve également dans le manuel des cuisiniers de l'armée (1896)2. D'autres traces existent qui évoquent des plats similaires, mais sans donner de nom précis ni de recette ; on peut cependant supposer que l'origine du plat remonte à plusieurs dizaines d'années avant ces publications.

Au temps des Tejanos - une importante population d'immigrants d'Amérique Latine au Texas, le plat se répandit très rapidement. La plupart des Tejanos vivaient en effet dans la pauvreté, de sorte que le chili con carne représentait pour eux une amélioration de l'ordinaire : tous les ingrédients étaient bon marché, voire pouvaient être produits soi-même, c'était un plat nourrissant qui pouvait se cuisiner sans problème en grande quantité.

Le Texas : l'état du chili con carne

Autant il est difficile de déterminer l'origine exacte du chili con carne, autant il est assuré que le Texas s'est très vite imposé comme point central de la culture associée. Ce plat, facile et rapide à cuisiner à partir d'ingrédients disponibles partout, gagna constamment en popularité de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, et pris rapidement une place solide dans la culture culinaire de l'état.

Un lieu particulier revient constamment lors de l'évocation du chili con carne au Texas : San Antonio, une ville marquée vers 1880 par l'élevage de bovins, la présence militaire et le développement du chemin de fer, et dont les habitants, les visiteurs et les voyageurs de passage avaient besoin de repas rapides et bon marché. C'est ainsi que se sont installées sur les places publiques, sur les marchés ou devant les campements militaires, de plus en plus de vendeurs itinérants proposant des plats de fèves, des enchiladas, des tortillas et du chili con carne. Celles qu'on appela les chili queens, pour la plupart des femmes d'origine mexicaine, marquèrent l'image de la ville à cette époque par leurs vêtements bigarrés et leurs roulottes éclairées de lanternes multicolores. L'histoire des chili queens prit fin en 1937, à la suite d'une règlementation sur l'hygiène dans l'alimentation. Qui n'avait pas alors l'argent nécessaire pour transformer sa boutique en véritable restaurant dut cesser son activité. En 1939, le maire Maury Maverick permis la réouverture des stands des chili queens, mais ce retour fut de courte durée : les stands durent fermer à nouveau avec le début de la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, on se remémore à San Antonio la tradition des chili queens à l'occasion du festival annuel du retour des chili queens (Return of the Chili queens festival) dans le cadre des Memorials Days au mois de mai.

Depuis 1977, le chili con carne est le plat officiel (State dish) de l'état du Texas. Cette décision fut poussée par plusieurs producteurs texans afin de signifier qu'un chili con carne original ne pouvait venir que du Texas. Le représentant au congrès Manuel Lojan du Mouveau Mexique (Etats des USA) déposa également en 1984 une motion au congrès visant à établir le chili con carne comme plat national des USA3,4 ; elle n'a jusqu'à présent pas été adoptée.

mardi 5 janvier 2010

mes impressions de voyage (1)

C'est avec un peu d'appréhension que j'entame le voyage, le grand voyage, surtout que je ne connais pas la langue. A Saint-Exupéry, retard sur le vol, cela commence bien ! Va-t-on avoir notre avion à Paris ? Ca y est c'est parti, on ne reviens plus en arrière. Bien s^r, je ne suis pas toute seule, j'ai un coach, qui dirige bien les opérations.

Arrivés vite à Paris, Air France, nous a prévu une personne pour accompagner le petit groupe jusqu'à l'avion afin que nous ne nous perdions pas, car le temps est limité. Il fallait quand même traversé une partie de l'aéroport, prendre la navette avant d'arrivée à la porte de..... attention, attention l'A380, flambant neuf qui doit nous emmener à New-York. Finalement, l'embarquement dans l'A380 est aussi en retard. Il faut dire que 500 personnes à vérifier les papiers et à diriger, c'est un peu long. Au moment de monter, Stop pour maman, elle a été choisie pour être fouillée à fond, papouilles sur tout le corps, vidage complet du sac.... la totale. Déception, elle n'a rien!!!! Dans l'avion, on a même vu des gens se disputer pour leurs places! des vrais gamins ! L'A380 a deux étages, plusieurs rangées, droite, gauche, et milieu , des premières luxueuses et puis il est tout neuf. On a rien senti au décollage super rapide et fortement applaudi, on voyait même sur des écrans le décollage en direct! Ensuite, lecture pour maman et petit écran avec tout un choix de films, musiques, jeux pour moi. Je ne me suis pas ennuyée. (le petit nicolas, harry potter, etc.). Maman a bu son petit champagne, moi mon petit coca, et le repas était plutôt bon ; c'est pas le restau bon ça va. On remplit aussi les papiers verts pour passer aux contrôles, c'est important de bien les remplir et d'avoir une adresse à donner pour son arrivée. Atterrissage, rapide, en douceur, remarquable à l'aéroport JFK de New-York.

Longue attente aux contrôles, 500 personnes c'est un peu long... on a chaud, soif, il faut de la patience. Porte 27 : Là on donne les papiers remplis auparavant,. Le contrôleur scanne nos doigts, nous photographie et finalement nous laisse passer. Heureusement, nos bagages nous ont suivis et on a juste eu à les reposer sur le tapis roulant pour San Diego. Là; on parle américain, maman ne se débrouille pas trop mal, même si elle est un peu stressée. Heureusement elle a le temps de fumer une cigarette devant l'aéroport où il fait froid avec d'autres passagers intoxiqués. Là, petite marche à pied pour rejoindre notre 3ème avion, celui pour San Diego. Attente, et finalement on se retrouve dans un avion où nous ne sommes vraiment pas nombreux. Pas besoin de se disputer pour les places. 5 h de vol, enfin arrivés à l'aéroport de San Diego, qui est en bord de mer, en pleine ville. La sortie est rapide.

Yvon et Marlène nous attendent à l'endroit où on récupère les bagages. cool. Il pleut ! Ce n'est vraiment pas ordinaire, même extrêmement rare ici. Les routes sont très mouillées, car elles n'ont pas l'habitude d'absorber l'eau. Il n'y a pas beaucoup de canalisation pour récupérer les eaux, donc ça déborde vite de partout. Je suis impressionnée, même sil fait nuit et qu'il pleut ,par les autoroutes avec pleins de voies, tellement larges.et Yvon me raconte qu'on peut doubler par la droite! et qu'il y a une voie spéciale pour les voitures qui ont plusieurs personnes. A de nombreux feux rouges, on peut le passer quand on tourne à droite, s'il n'y a pas de véhicules bien sûr. Ah les Français aimeraient bien ça! Au stop, les 4 voies ont un stop, c'est le premier arrivé qui passe et ainsi de suite; ça marche très bien aux USA, mais je ne crois pas que ça marcherait en France.

Arrivés à Del Mar (au Nord de San Diego, au bord du Pacifique)L'appartement me plaît beaucoup. On entend la pluie couler du toit toute la nuit.

dimanche 3 janvier 2010

un super cadeau de noël pour Charly

fincalifornie_074.JPG

parapente à la Jolla Californie

fincalifornie_074_-_Copie.JPG

baptême entre falaise ocre jaune et mer bleue du pacifique!

lundi 28 décembre 2009

le desert des Leviathans

a Basse-Californie (en espagnol : Baja California) est l'État du Mexique situé le plus au nord. La majeure partie de son territoire comprend la moitié de la péninsule de Basse-Californie au nord du 28e parallèle Nord. Cette région constitue la presqu'île du nord-ouest du Mexique, située entre le Golfe de Californie et l' Océan Pacifique. Longue de plus de 1 000 km, et d'une largeur variant entre 50 et 250 km, elle est constituée de chaînes montagneuses qui s'élèvent dans le nord à plus de 3 000 m d'altitude. Entourée par l'État de Sonora et l'Arizona à l'est et la Basse-Californie du Sud au sud et la Californie (jadis appelée Haute Californie), elle couvre une superficie de 71 576 km². L'État possède également une frontière avec les États-Unis. La Basse-Californie compte environ 2 750 000 habitants (2003). Plus de 75% de la population vit dans les villes situées autour de la capitale de l'État, Mexicali et de Tijuana.

Depuis 2007, le gouverneur est José Guadalupe Osuna Millán (PAN).

Un air de Far West Plus au sud, c’est le vrai visage de la Basse Californie qui s’offre aux voyageurs. Ici, le désert foisonne de vie : cactus Cardon (les plus gros du monde), arbres éléphants aux faux airs de baobabs miniatures, cirios toujours plus hauts, ou autres cactus Chollas… Sans compter de nombreuses espèces animales : coyote, lièvre, lynx ou puma.

IMG_4222.JPG

Cirios (cierge en Espagnol) désigne une variété d'arbuste unique à certaine partie du désert de Basse Californie (Mexique), de forme étrange et dont les emplacements sont toujours assez distants les uns des autres.

IMG_5539.JPG

la baleine grise de californie

  • Observation des cetacés

baleine grise

Lilljeborg 1861

L’espèce est aussi appelé « Baleine de Californie » ou plus exeptionnelement « Baleine à six bosses ».

Ordre : cetacés

Famille : eschrichtiidae

Genre et espèce : eschrichtius robustus

Espèces proches : La baleine grise est la seule espèce de son genre. Les autres espèces proches sont les autres espèces de baleine à fanons et peut être plus précisement la baleine franche pygmée.

Sa population oriental était estimé à 3.000 individus au début du siècle, aujourd’hui sa croissance annuelle est de 3,2%. La population de Californie est estimé à 24.000-36.000 individus lors d’une étude vers 1996 puis à 15.000-22.000 individus lors d’une étude en 2001. La population coréene est elle jugée critique, en voie d’extinction puisque sa population est jugée à 100 dont 20-30 femelles matures soit surement pas assez pour perpetrer l’espèce.Une sous-population fut déjà exterminé, il s’agit de la sous-population de l’Atlantique qui fut reconnu comme éteinte en 1675, disparition causée uniquement par une chasse intensive.

Caractéristiques Taille : environ 14m, le maximum connu est 15,30m

Poids : environ 25 t, le maximum connu est 26t

Longévité : 50-60ans

Dentition : C’est la baleine possèdant le moins de fanons, entre 130-160 paires par machoires d’une longueur maximal de 50cm et d’une largueur maximal de 25cm. Ils sont gris, moyens ou crèmes avec des filaments jaunatres. Les filaments sontplus clairs et plus grossiers que chez les autres baleines à fanons. De plus les fanons de droite semblent curieusement s’usaient plus vite que ceux de gauche. Quant à la langue, elle est étroite et de teinte saumon avec une pointe grise au boût. Elle pèse entre 1 et 1,5t.

Vertébres : La baleine grise possède 7 cervicales, 14 thoraciques, 12 lombaires, 23 caudales, soit un total de 56 vertèbres.

Vitesse de nage : 2-4km/h en mangeant, 4-9,5km/h en migration et 17-18km/h en cas de fuite.

Particularités : C’est la baleine ayant le moins de fanons. Ces derniers sont plus espacés et plus grossiers que chez les autres baleines.

Apparence

Tête : Elle est masive et fortement arquée. Elle est séparée de son tronc par une lagère depression de la nuque. La tête est piquementé de petits poils repartis au hasard. L’œil est petit, inscrit dans une cerne blanchâtre. L’esoèce possède 2 sillons de george, parfois 4, de 1,5 à 2m chacun.

Aileron : La baleine grise n’a pas d’aileron mais possède une série de bosses irégulières au niveau de la pédoncule caudale.

Pectorales : Elles sont larges et ont souvent des déchirures.

Caudale : Elle est de taille moyenne, constellée de plaques de parasites.

Forme générale : Le corps est robuste.

Epiderme : L’épiderme est gris-ardoises avec des parties plus claires sur le ventres et les pectorales. De nombreuses parasites blancâtres et jaunâtres se collent à son épiderme.

Comportement

Sonde : jusqu’à 120m. En sondant la baleine grise lève sa caudale.

Souffle : La baleine grise a un souffle en forme de V. Parfois les deux souffls se mélangent et forment alors un cœur. Son souffle s’élève alors à 3-4m.

Comportements courants : C’est une espèce assez joueuse et acrobatique. Elle saute parfoirs hors de l’eau ou fait la position de l’espion. En nageant, elle fait du « breaching », c’est-à-dire qu’après de courtes plongées, un groupe jaillissent hors de l’eau toutes droites avant se laisser retomber le côté ou le ventre. Plus rarement elle se retourne sur elle-même et retombe sur le dos. En Californie l’espèce fait la joie des circuits touristiques se laissant facilement approchées par les bateaux et même caressaient par les touristes.

Mœurs

Nombre d’individu par groupe : En migration, les baleines sont solitaires ou en petit groupe.

Structure sociale : Les groupes sont très structurés. Par exemple lors de la migartion vers le sud, les départs sont organisés dans cet ordre selon le sexe et l’âge des individus : les femelles gestantes partent seules, puis les femelles fécondes, les mâles adultes, les femelles immatures puis les mâles immatures par groupe d’au moins deux individus. Dans le sens du retour vers le nord l’ordre est le suivant : les femelles en début de gestation, les femelles non-fécondées, les mâles matures, les femelles et mâles immatures et enfin les femelles avec leur petits qui attendront encore un mois.

Lieu de répartition : On distingue deux sous-population : celle de Californie qui migrent entre la Basse-Californie et le détroit de Béring, et celle dite de Corée qui migrent entre les côtes de Corée et la mer d’Okhost, mer située entre entre le nors de l’île russe Sakhaline et l’ouest de la pénincule russe du Kamchatka.

Milieu marin : L’espèse est cotières, longeant lors de la migration les côtes parfois à 1km de la terre. Elle peut évoluer dans des eaux de 1m sans s’échouer, chose qu’aucune autre espèce de cette envergure ne tenterait.

Alimentation

Régime alimentaire : Le régime alimentaire se compose de pas moins 100 types d’organismes aussi bien bentiques que pélagiques ou même végétaux ! Selon la région de passage le régime alimentaire varit. Dans les lagunes de Californie, elles se nourrisent d’espèces pélagiques comme les crabes, les calmars ou les sardines mais aussi de zostère (algues). En arctique, la baleine grise se nourrit de crustacés et surtout d’amphipodes. Elle en avale au minimum 61.000kilos ! Elle prenne alors 16 à 30% de leur poids, soit environ 5t. Mais la baleine grise se nourrit aussi d’élément benthiques et même d’algues. Des individus capturées avaient plus de 120l de laminaires et autres algues dans leur estomac. 35% des individus capturés dans le détroit de Béring avaient des algues dans leur organismes.

Chasse : Pour s’alimenter d’organismes benthiques vivants dans les sédiments, la baleine grise nage en s’inclinant à 30° sur le flanc droit du sol. Elle aspire alors ses proies, rejetant la vase par les fanons. Ce comportement permet un brassage des élements nutritifs du sol qui permettent au phytoplancton de se réproduire.

Sexualité

Maturité sexuelle : Vers 6-9ans, pour une taille d’environ 9-10m.

Accouplement : Ils ont lieu vers novembre-décembre. Il ne se compose pas d’un couple mais d’un trio composé d’une femelle, d’un mâle dominant et d’un mâle dominé qui est là uniquement comme aide à l’accouplement aidant à caler la femelle dans l’eau. La parade se composent de saut, de grand cercle pour les mâles en attendant les femelles. A leur arrivé, le mâle dominant effectue une danse nuptiale, la femelle en retour le caresse avant de se rouler sur le côté pour être fécondée.L’accouplement, parade comprise, dure 1heure et se compose d’une dizaine d’essai.

Gestation : Elle dure environ 13,5mois.

Nouveau-né : Les naissances ont lieu entre novembre et décembre. Il mesure entre 3,5 et 5m pour un poid d’environ 1t. L’allaitement du jeune durera 7mois.

Relation avec l’homme

Chasse : Bien que l’espèce soit protégée depuis 1964, quelques chasses récistes ça et là. Par exemple en 1995-1996, les aborigènes Chukchis en auraient capturés 85 individus. La CBI a accordé un quota de 620 individus en 5ans, soit un maximum de 140 captures par an.

Menace : La population coréene est en voie d’extinction, elle souffre de collision avec des navires et de la pollution.

Observations : La population californienne est bien étudiée et couramment observée. Par contre on ne connaît que très peu la population coréene.

Captivité : Aucun individu ne vit en capturité.

dimanche 27 décembre 2009

un 25 decembre magique

IMG_4537.JPG

IMG_4647.JPG

mercredi 23 décembre 2009

de main le depare.

au MEXIQUE

lundi 21 décembre 2009

Les news de San Diego (del mar)

Ca y est, apres 48 heures de voyage, jmj et Charles sont arrives, plein d odeurs, barbus, fatigues mais heureux d etre arrives a destination et de nous retrouves>

Ce matin tous a l eau, surf et plutot planches a vagues pour les "francais" ! puis piscine et jacousy.......

dimanche 20 décembre 2009

bloques a JFK !

JMJ et Charles devaient arriver hier soir samedi a 23 h a San Diego....

Comme cela arrive quelquefois a New York en hiver, tempete !!!! plus aucun avion ne decolle de l aeroport jfk !!!!!

Jean Marie et Charles, avec plus de 1000 autres passagers.... sont en transit depuis deja 20 heures dans l aeroport et ne savent pas quand ils vont repartir !!!! la galere!

Pendant ce temps la, nous avons eu un samedi d ete a San Diego, temperature jusqu a 28 degres !

P1080978.JPG

P1090024.JPG

P1090005.JPG

P1090025.JPG

P1090026.JPG

vendredi 18 décembre 2009

annivrsaire de maman

hier c etait l anniversaire de maman. Yvon et Marlene nous ont emmene le soir dans un resto "classe" a la plage de Del Mar, le poseidon>. On etait juste devant l ocean, rechauffes par des parasols chauffants. C etait delicieux, un tres bon moment a partager. On est revenus, toujours avec l ocean en bruit de fonds, par les petites rues des maisons illuminees des bord de mer. Il parait qu en France il fait pas chaud et il y a de la neige! Esperons que Jmj et Charles vont pouvoir partir de la serve, avoir leurs avions et nous rejoindre demain La en ce moment on bat le record : 26 degres ! il est midi et demi. on va aller faire notre promenade quotidienne en bord de mer. c est tellement bon.

mercredi 16 décembre 2009

le pacifique

P1080597.JPG

P1080594.JPG

P1080640.JPG

et la piscine

P1080616.JPG

et le jacousy

P1080619.JPG

mercredi 2 décembre 2009

photos marente

[marrakech|tag:marrakech

__la vallee de Ourika__

marrakech_157.JPG

samedi 28 novembre 2009

la plus belle !

marrakech_209.jpg

marrakech_208.jpg

vendredi 27 novembre 2009

LA VALLEE DE L'OURIKA

Le dimanche nous avons fait comme les habitants de Marrakech, nous sommes allées à la campagne ! Au sud de Marrakech, par la route S153, nous avons longé l'oued Ourika qui coule dans une vallée verdoyante.

marrakech_128.jpg

Sur les montagnes on aperçoit les villages berbères aux couleurs ocre, construit en hauteur pour éviter les inondations parfois violentes. Cela laisse de la place sur les berges de l'Ourika pour les vergers, les cultures maraîchères, les peupliers, les eucalyptus, les saules pleureurs et les bougainvilliers.

marrakech_093.jpg

Notre taxi nous a arrêté dans une poterie, dans les jardins aromatiques, dans une maison berbère et à la fin de la route en cul de sac, le village de Setti Fatma à 1500 m d'altitude !

De là , nous avons marché (guidé) dans un chaos de rochers et de plantations de noyers. Ce chemin de montagne nous a conduit à la première des 7 cascades (presque 2000 m d'altitude)

marrakech_160.jpg

Pas mal du tout et surprenant pour l'habitant du désert qui nous accompagnait.... Même maman a réussi à escalader et à certains moments c'était vraiment de l'escalade (5 m de pente verticale humide!). Pour revenir, notre guide nous a fait passer par un chemin qui nous permettait de voir encore 3 cascades.

Une journée vraiment agréable, chaude et fraîche à la fois.

jeudi 26 novembre 2009

Les bons petits plats d'Hayet

Nous avons profité pendant tout notre séjour de la présence d'Hayet, la maîtresse de maison du Riad Dar Bahia (riadomaroc.com, 10 % si vous vous présentez avec le guide du Routard)

Jeune femme marocaine, dynamique, tout à fait en harmonie avec son prénom qui signifie "la vie"! Elle sert de copieux petits déjeuners, dans la tradition marocaine. En tous les cas cela permet d'attendre avant le repas suivant....

Elle prépare, sur demande, des repas, de préférence pour le soir.

Nous avons ainsi savouré la qualité de sa cuisine : des salades délicieuses, colorées, au goût surprenant mélant sucré, salé, pimenté :

marrakech_075.jpg marrakech_076.jpg

marrakech_077.jpg marrakech_078.jpg

marrakech_079.jpg

une tajine de poulet pruneaux amandes, soigneusement présentée :

marrakech_081.jpg

salade de fruits variées et colorées, goûteuses,

marrakech_084.jpg

le deuxième soir, nous avons choisi le plat traditionnel couscous, Hayet nous a proposé de nous faire découvrir un salé-sucré qu'elle aime bien. Nous n'avons pas été déçus ! quel délice !

marrakech_185.jpg marrakech_189.jpg

marrakech_192.jpg marrakech_193.jpg

marrakech_194.jpg

mercredi 25 novembre 2009

Un riad à Marrakech

Pour cette occasion plutôt qu'aller à l'hôtel comme nous l'avions déjà fait, nous avons loué dans un riad. Le riad est une maison typique marocaine, celui-ci peut accueillir jusqu'à 10/12 personnes. Il est sobre, bien aménagé.

On se sent chez soi.

marrakech_003.jpg

marrakech_004.jpg

Les chambres sont disposés autour d'un patio, bien sûr.

marrakech_006.jpg marrakech_007.jpg

Il pousse deux palmiers.... qui sortent tout là haut, pour aller chercher la lumière.

marrakech_011.jpg

et bien sûr, il y a une grande terrasse sur les toits, d'où l'on aperçoit la médina.

marrakech_016.jpg marrakech_012.jpg

marrakech_008.jpg marrakech_013.jpg

marrakech_068.jpg marrakech_069.jpg marrakech_071.jpg marrakech_072.jpg

Coquet, bien tenu, propre, accueillant, situé à quelques pas de la fameuse place, au coeur de la médina.

marrakech_202.jpg marrakech_203.jpg

marrakech_204.jpg

mardi 24 novembre 2009

Un petit air de vacances

Pour l'anniversaire de maman, son Noël et d'autres fêtes encore, je lui ai offert un petit week-en de 3 jours à Marrakech

marrakech_210.jpg

marrakech_025.jpg

marrakech_033.jpg

mardi 3 février 2009

Le nouvel an chinois à la serve

Digital StillCamera

Nous avons eu le privilège d'avoir une jeune chinoise venue de Shangaï et travaillant pour l'instant en France , pour nous préparer une fondue chinoise, repas typique du nouvel an chinois.

Digital StillCamera

Elle a été assistée par Denise, déjà bien entraîner à cette cuisine exotique.

MERCI A TOUTES DEUX.

Digital StillCamera

Digital StillCamera

Il fallait bien deux caquelons pour neuf afin de profiter des bons préparatifs : des boulettes de boeuf, poissons, calamars, crevettes, des viandes fraîches (boeuf, canard, agneau), des champignons, des légumes (du chou, des carottes, du soja, du maïs) à faire cuire dans le bouillon qui prend le goût et la graisse de tous les aliments. Quelques uns aimaient bien piquer les fourchettes préparées par les autres. Et pour finir les vermicelles cuits rapidement dans le bon bouillon. Une aussi bonne fondue nous n'avions jamais dégustée ! quel régal

Digital StillCameraDigital StillCamera Digital StillCameraDigital StillCamera Digital StillCameraDigital StillCamera Digital StillCameraDigital StillCamera Digital StillCamera

Et pour le dessert ananas à point, et un pain d épice préparé par les voisins. fameux !

Ensuite ballades pour certains, d'autres s'entraînent aux jeux de la DS. et pour finir les jeux : loup-garou et pictionnary en équipe. On s'est bien amusés, quel bon dimanche. et encore le soir la soupe chinoise, reste du midi.

Ah ! J'avais bien envie que cela continue.

mercredi 28 janvier 2009

le coucher de soleil de la palmeraie

voyageurs_27.jpg

Les couchers de soleil c'est toujours beau partout. j'ai déjà montrer ceux du désert. Ceux de la palmeraie sont particuliers aussi A chaque minute les tons changent, de l'orangé, au rose, jaune, les ombres des palmiers donnent des impressions particulières, on dirait que les palmiers sont démultipliés, les branches font des mouvements, enfin bref allez voir.

sara_18.jpg

sara_19.jpg

Lever.jpg

mardi 27 janvier 2009

la pluie à mahmid

IMGP0764.jpg

Dans l'après-midi du 31décembre, une bonne averse a arrosé la fin de l'année.....! C'est très rare au sud du Maroc d'avoir de la pluie. C'était la quatrième fois de l'année 2008 ce qui est exceptionnel à Mhamid. Même avec le Kway j'étais trempée.

Afin de protéger les tentes de l'humidité, nous avons tous couru aux bâches et participé à protéger les nouvelles constructions Les murs encore tout frais de la tente restaurant méritaient d'être au sec. J'étais ravie de pouvoir aider.

IMGP0765.jpg

On voit Allal et Mustapha en train d'accrocher solidement la bâche.

mustapha_la_pluis.jpg

Le soleil est revenu le premier ; après que tout soit séché on enlève les protections ! Le grimpeur de palmier est agile n'est-ce pas ?

- page 1 de 3