blog.toiletteuse.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

culture

films, spectacle, thtre etc....

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 28 novembre 2012

Les 7 doigts de la main

images__4_.jpg

Maison de la danse : Après avoir vu Mourad Merzouki en septembre, puis SABURO TESHIGAWARA en octobre, nous avons vu en novembre Les 7 doigts de la main dans leur spectacle TRACES.

telechargement__1_.jpg

Ambiance entraînante, jeux avec le public, surprenant par leur technique pleine de force et de souplesse, le spectacle est moderne, recherché : skate boards, patins à roulettes, baskets. Spectacle très urbain alliant cirque et théâtre. On a énormément rit, participé aux acrobaties en motivant les artistes. C'est un spectacle drôle du début à la fin et avec l'accent du Québec, encore.

images.jpgimages__1_.jpg

vendredi 24 août 2012

CAMILLE aux nuits de fourvière

télérama du 25 au 31 août

IMG.jpg

Moi aussi j'étais aux nuits de Fourvière en famille (avec papa, maman, Charles, Emilie, Yvon, Marlène) et nous avons passé une super soirée. C'était vraiment génial, l'ambiance, le public et j'ai adoré le lancer de coussins final. Merci CAMILLE.

vendredi 13 avril 2012

Hans was Heiri (création 2012)

Paru dans télérama du 31/03/2012

CIRQUE DANSE

C'est leur côté suisse allemand : le ballet chanté des Zurichois Dimitri de Perrot et Martin Zimmermann est une horlogerie parfaitement réglée.

L'un virevolte au-dessus de ses platines et sample en direct ; l'autre est une sauterelle en collant noir au don d'ubiquité, s'affairant tous azimuts dans le décor. Depuis quinze ans, les Zurichois Dimitri de Perrot et Martin Zimmermann font la paire, et leur huitième création, Hans was Heiri (approximativement « bonnet blanc et blanc bonnet »), les révèle plus que jamais brillants démiurges. Bricoleurs, ils s'inventent d'impossibles contraintes : Oper öpis se jouait sur un plateau horizontal dangereusement tangent ; Hans was Heiri dévoile une gigantesque boîte noire divisée en quatre cases et tournant à la verticale comme les ailes d'un moulin. De la mécanique de précision : « notre côté suisse allemand », commentent, laconiques, les deux compères, nourris dès leur prime jeunesse des élucubrations plastiques d'un autre duo zurichois, Fischli et Weiss...

Quand le public entre, de Perrot est déjà installé à sa console. Surprise : l'ambiance sonore dont il enveloppe bientôt la salle est la sienne, le mixage de sa propre clameur ! L'effet de proximité, saisissant, transporte d'emblée l'assistance au coeur de la galerie de personnages soudain apparus. Une farandole de corps tronqués (vestes sans tête, bustes montés sur des échasses, corps culbuto), telles des gangues d'où sortent bientôt les « vrais » interprètes. Chacun aura son instant de gloire. Partant à l'assaut d'une caisse récalcitrante comme de la face abrupte de la boîte girouette se relaient la fille trapue et contorsionniste, la grande précieuse aux jambes étirées, le distrait à veste écossaise, le costaud rustaud ou le chevelu au polo de golfeur qui chante comme un as. Avec cette voix entre blues et variétés, qu'il module au gré de ses contorsions corporelles : sa version d'I'm calling you, la ritournelle de Bagdad Café, est hilarante. D'horizons variés (Suisse, Suède, Belgique, France, Etats-Unis) et de vécus différents (cirque, danse contemporaine ou classique), ils sont le sel de cette cérémonie joviale et foutraque où tout finit par un ballet à la géométrie calée-décalée. Zimmermann et de Perrot sont nos burlesques d'aujourd'hui. — Emmanuelle Bouchez

Je voulais faire un billet mais Télérama l'a tellement bien fait et j'ai si peu de temps en ce moment, donc voilà un spectacle que j'ai beaucoup aimé. Original, décalé, inventif.

vendredi 25 novembre 2011

MORIARTY : la découverte Chez Cultura

Petites courses à Cultura ce vendredi.

J'aime bien faire un tour voir les nouveautés au rayon musique.

Je vois une scène où des musiciens s'installent et commencent quelques notes.

images__2_.jpg

Avec maman, on s'approche, tout ouïe, intriguées par leur tenue vestimentaire peu commune. Chacun a un look particulier.

Déjà on voit une contrebasse, des harmonicas, guitare, tambourins, batterie.

On nous invite à nous rapprocher encore. Nous sommes agréablement surprises par l'originalité du groupe. : MoriartyLe groupe se baptise Moriarty, en référence à Dean Moriarty, le héros de Sur la route de Kerouac.

La chanteuse a une voix avec quelques accents de Joan Baez.

images__1_.jpg

La musique style plutôt folk mélange avec de la country, du blues, du jazz, du rock.

Nous avons la chance d'écouter 5 ou 6 morceaux de leur dernier album : The missing room.

images.jpg

Nous sommes toutes les deux conquises par ce mélange de fraîcheur, d'harmonies différentes, de voix captivantes donnés sur cette petite scène intimiste.

Bravo à Moriarty et à Cultura pour cette grande découverte !

2010-12-16_Pano_Moriarty_01.jpg

lundi 19 septembre 2011

Un dimanche avec Denise et Dilhi, étudiante venue du Xinjiang

http://fr.wikipedia.org/wiki/Xinjiang

J'ai eu la joie de faire la connaissance d'une jeune fille chinoise, heu, enfin ...pas vraiment. Elle vient du Xinjiang (ancien Turkestan oriental) et est issue d'une minorité, le peuple Ouïghour.

dili_055.JPG

Très ouverte, Dilhi nous a fait découvrir son pays, sa culture, ses projets. Nous lui avons fait découvrir la campagne française (pas comme dans son pays où il y a des loups!!!...pas d'internet, enfin des trucs de vieux!) Et surtout, je lui ai fait connaître "les toutous". Elle en avait très peur, je lui ai montré comment les apprivoiser.

dili_065.jpg

Comme vous le voyez, Dilhi bien coachée a su se faire apprécier des chiens, même des plus gros.

dili_074.jpg

lundi 4 juillet 2011

festival au col de crie

FINALAFFICHEreduite2web.jpg

http://www.haut-beaujolais-tourisme.com/france/DT1299837359/page/Le-Cri-du-Col.html

Lundi 4 : Dés10h Atelier peinture sur objets naturels avec l'association « Deux Mains » Massages bien-être avec Apan Vayu Stand de l'association Billebaudez A partir de 20h : Concert de Martijn Has (chanson française) Projection de court-métrages, en partenariat avec le Festival du film court francophone de Vaulx en Velin

dimanche 5 juin 2011

Le chat du rabbin

.Le-Film_medium.jpg

J'ai vu le chat du rabbin réalisé par Joan Sfar, l'auteur des 5 BD du chat du rabbin.

On reconnaît bien le coup de crayon, les couleurs, les motifs, les formes des personnages, les mouvements m'ont enchantés.

Ce chat nous parle des religions, surtout de la religion juive et comme c'est un chat qui a beaucoup d'humour, c'est drôle, fin, souple.

C'est une excellent façon de faire comprendre des choses compliquées de façon simple, cela est vrai pour les enfants mais aussi pour les adultes ! Donc tout public.

J'ai bien envie de le revoir et pourquoi pas en 3D cette fois. De toutes façons la magie est là. Et la musique tout à fait dans le ton.

Image-2-du-film-le-chat-du-rabbin.jpg

mardi 19 avril 2011

AUTREMENT BON ....

reunion.jpg

C'est un restaurant réunionnais. L'esprit, le décor et la musique résonnent de toute l'effervescence de l'île ! Reçus par des réunionnais, avec un service accueillant, charmant, nous nous sommes régalés. A vous conseiller, c'est à Villefranche sur saône, rue des jardiniers, en face de la médiathèque.

images__1_.jpg

rougail.jpg

http://autrementbon.eresto.net/index.php (à voir dans les liens à droite)

mercredi 16 février 2011

ORIENT, Mon Amour

Nous nous sommes rendus à Mâcon au théâtre pour le spectacle Orient Mon amour donné par Bratsch et ses invités.

default.jpg

On voit la scène avec un décor sobre, rappelant l'Orient avec le bleu du ciel et l'ocre des sables. Avec un peu d'imagination, on se retrouve sur une plage ou en plein milieu du désert. Déjà, cela donne chaud.... au cœur.

Le spectacle commence par une flûte enchanteresse suivie d'une voix féminine puis les 16 chanteurs et musiciens tous de différents pays méditerranéens viennent soutenir les poèmes dits par Salah Al Hamdani, poète afghan en exil depuis 1975.

1951961523.jpg

Chacun à son ou ses instruments, l'un commence et chacun suit et ainsi de suite, au service des uns des autres. Les uns quittent la scène, les autres restent, les uns reviennent, les autres s'en vont.

38efadb8d0f999e2a45e9ac347d33101.jpg

J'avais déjà vu et entendu Bratsch à Jazz à Vienne, une nouvelle fois ils ne m'ont pas déçue : leur musique a évolué, intégrant de la musique ancienne et nouvelle dans des morceaux inventifs, mêlant voix et instruments dans des airs entraînants ou mélodieux.

images__1_.jpg

Des images fixes d'Orient étaient projetés pendant la lecture des poèmes, souvent sans musique, dits d'une voix captivante et profonde.

TEKES.JPG

Très beau spectacle.

vendredi 21 janvier 2011

BABEL

cherkaoui3.jpg

Après l'assemblée générale d'avenir Dysphasie à Bron (où nous avons fait le point sur l'évolution des connaissances sur les troubles du langage oral), nous sommes allés à la Maison de la Danse voir un spectacle de Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jallet : BABEL. En faisant ce billet, je me suis instruite de l'histoire de Babel pour mieux comprendre le spectacle et la difficulté des hommes à se comprendre dans leur langue, leur religion, leur culture. Dès le début je remarque les nationalités très différentes des danseurs, leurs langues, leurs différences physiques.

Sidi-Larbi-01-Babel-Koen-Broos.jpg

Pour se retrouver, ils prononçaient les mêmes sons, se touchaient, se déplaçaient dans l'espace créé par des formes cubiques qui se transformaient selon les besoins dans des directions variées en suivant des musiques, des rythmes, et des chants différents.

lamonnaie_babel2_2010.jpg

babelx.jpg default.jpg

kb-babel-words-3-run-in-box-frame_500.jpg

A certains moments on comprend que les hommes entre eux ne se comprennent plus du tout et qu'ils forment des clans comme dans les cités et ça peut tourner à l'affrontement.

Les musiciens sur la scène nous ont fait entendre avec leur harpe, tambour japonais, flûte, percussions orientales, luth et autres instruments à cordes des musiques exotiques, étonnantes, surprenantes, d'une grande beauté. Les voies m'ont enchantées, cela m'a donné envie d'avoir le CD !

J'ai beaucoup ri, (surtout l'homme préhistorique...) je ne me suis jamais ennuyée, c'était un spectacle plus facile, plus accessible pour moi que les précédents que j'avais vus.

babel1.jpg

J'ai du mal à comprendre les personnes qui disent qu'elles n'aiment pas... mais bon chacun ses opinions.

cherkaoui4.jpg

Avant la fermeture du rideau pour représenter l'entente parfait, les danseurs et musiciens lient leurs pieds comme une corde et avancent ensemble. Simple et Superbe.

mercredi 5 janvier 2011

CIRQUE PLUME

L' ATELIER DU PEINTRE

http://www.cirqueplume.com/

img145.jpg

En décembre à Voiron, nous nous sommes offerts une soirée avec le cirque Plume. Il y avait bien longtemps...... Très bonne ambiance déjà dans la file d'attente. Les gens sont joyeux, de bonne humeur, les adultes encore plus que les enfants !

anim_home_adp.gif

Nous nous installons bien devant, au milieu des enfants, pas dérangés par les têtes qui dépassent !

Le spectacle commence et déjà sur la scène on est en appétit avec des représentations de tableaux connus dont certains vont s'animer.

J'ai ri comme une enfant à chaque passage des clowns et de leurs pitreries. Je me suis vraiment beaucoup amusée et j'ai apprécié la mise en scène des jongleurs, musiciens, acrobates, mise en scène poétique comme les Plume savent le faire.

troupep.jpg

Comme d'hab, les ombres chinoises occupent une belle place et sont encore une fois renouvelées et nous enchantent par leur simplicité et leur magie.

C'est un spectacle pour tous les publics, nous on s'est amusés, on a ri, on s'est détendu, on a aimé le jeu avec le public. Je vous le conseille mais suis-je une bonne conseillère car je suis une fan inconditionnelle du cirque plume.

robertp.jpg

dimanche 26 septembre 2010

BOXE BOXE

247_350_boxe.jpg

Encore une fois j'ai eu le plaisir d'aller voir un spectacle à la maison de la danse de Lyon.

Hier soir, c'était le nouveau spectacle de la Compagnie Käfig : BOXE BOXE.

Quelle joie d'avoir des musiciens sur scène : le quatuor Debussy nous a enchanté ! Assis dans des chaise à roulettes en fer forgé à immense dossier sculpté, les 3 violons et le violoncelle ne tenaient pas en place. Belle mise en scène autour d'un portail géant en fer forgé lui aussi.

Des gants de boxe rouge suivaient la musique entraînante et son rythme, puis les danseurs entraînaient à leur tour les musiciens.

merzouki-cie-kafig_boxe-boxe-360-m.-cavalca.jpg

La scène se transforme en ring, la danse en boxe, la boxe en ballet.

Sortant de nulle part un drôle de bonhomme, tout rond ; que fait-il sur le ring ? ah ! mais c'est le punching-ball ! Tout le monde rit, surtout ma voisine.... et moi-même.

1591.jpg

Beaucoup d'humour, de poésie. l'histoire est bien tournée, bien compréhensible, adaptée pour tous âges. les musiques tout à tour anciennes ou modernes dans le mouvement.

Le public était à fond dans le spectacle suspendu à chaque rythme de musique ou de danse.

1587.jpg 1588.jpg

jeudi 24 juin 2010

Etres de sable

img0.png

Etres de sable, c'est un texte de Khadija Kentaoui qui nous confie ses souvenirs de petite fille avec sa grand-mère, son grand-père, son père, gens du désert.

Les illustrations sont de ma tante Denise Sauzon ; elles s'harmonisent parfaitement avec les textes. Photos et aquarelles aux couleurs de sable.

C'est doux, joli, poétique, ça fait rêver.

C'est un joli cadeau à s'offrir ou à offrir.

Il se vend 10 euros, au profit de la bibliothèque de l'école de Mhamid.

http://alnomadine.art-dine.info/etre%20de%20sable/img0.html

Vous trouverez sur ce lien un aperçu du recueil.

dimanche 2 mai 2010

le 1er mai à Chalamont !

chalamont1ermai_033.jpg

Depuis cinquante sept ans, Chalamont fête le 1er mai à sa façon : Grand défilé de chars fleuris dans le village au son des fanfares et du villages et des villages environnants. Une journée de la vie locale amusante et sympa.

Le défilé des chars commencent emmenés par des tracteurs pour certains anciens et encore en bon état. chalamont1ermai_024.jpg

chalamont1ermai_094.jpg chalamont1ermai_115.jpgchalamont1ermai_113.jpg chalamont1ermai_165.jpg

Quelques petits brins de muguet, distribués à profusion. chalamont1ermai_135.jpg

des invités incognito... chalamont1ermai_150.jpg

jeudi 11 février 2010

un week-end festif

Samedi, soirée Tex-Mex au club canin de Belleville. Tout commence par un apéro fait maison : la margarita, à base de téquila, cointreau, citron vert et glace pilée. Un vrai régal. Accompagnée d'un guacamole maison et des ses chips maïs. L'ambiance chauffe, les déguisements vont du shériff, à l'indienne, en passant par les cow-boys et les mexicains-aux immenses sombreros, sans oublier les modernes. Musique mexicaine, country et ses danses auxquelles presque tout le monde s'essaye.

Parlons des bons petits plats préparés par Jacky et ses acolytes... Des ailerons de poulets, des ribs, suivis d'un chili con carne extra. Et pour terminer un cheesecake citron ou cannelle tout à fait délicieux. Un vrai repas gastronomique ! Arrosé de bière bien évidemment. Epatant.

Sortie de soirée un peu western car au rond-point de Belleville les shérifs, nombreux étaient de sortis. Cérémonie de soufflage dans le ballon pour JMJ ! 0.50 pile, hum, hum juste, sinon c'était la prise de sang ! Il aurait dû laisser le volant à Sara..... (ah, le bon petit vin californien)

Après une bonne nuit, le dimanche nous réservait un spectacle à la maison de la danse. Nous sommes restés sur le continent américain puisqu'il s'agissait de Kafig Brasil. Salle archi-comble pour la dernière séance. Les danseurs sont issus des favelas et s'en sont sortis grâce à la danse. Quelle énergie, quelle vie, quels sourires ! Ils nous ont fait vibrer, rire sur des musiques extrêmement variées et des danses allant du hip-hop, à la samba, capoiera etc. Acclamés par une salle conquise, Mourad Merzouki le chorégraphe était radieux.

article maison de la danse : Lors de la dernière Biennale, Mourad Merzouki a offert un triomphe retentissant aux gamins des favelas de Rio. Avec Agwa, qui développe un message porteur d’espoir simple et essentiel, les jeunes prodiges brésiliens ont cassé la baraque ! Tous athlètes du bitume de haut niveau, chaussés de bottes en caoutchouc et revêtus de capes de pluie transparentes, ils évoluent au milieu d’une centaine de gobelets remplis d’eau posés au sol. Avec Mourad, passé maître du genre, ils mélangent sans complexe hip hop, capoeira, samba, musiques d’Europe centrale et bossa nova pour faire émerger une danse aux acrobaties époustouflantes, bourrée d’énergie et d’invention. Présentée avec Agwa, une nouvelle pièce "correira" créée par les onze danseurs cariocas, emmenés par Diego «White», dans laquelle on retrouve leur hip hop intense et brut. Eux qui puisent dans leur passion pour la danse la rage de s’en sortir et d’aller vers l’autre.

dimanche 31 janvier 2010

LE FILM OCEANS

Le film "Océans" : Après notre voyage, il tombe vraiment à pic. Nous sommes allés le voir hier après-midi à Villefranche. Epoustoufflant, ébouriffant, réfléchi, magnifique.

Nous avons reconnu des lieux où nous sommes allés, mer de cortès, pacifique, aquarium de Monterrey, Bretagne.. et cela donne envie d'aller découvrir cette si belle terre et de réfléchir à comment nous allons pouvoir éliminer les plastiques des océans ? et les pollutions diverses ?

californie_212.jpgcalifornie_321.jpgBahia_di_los_angeles_1.JPGcalifornie_405.jpgIMG_4353.jpgIMG_4368.jpgIMG_4469.jpgIMG_5138.jpgIMG_4537.jpgIMG_4798.jpgIMG_4582_-_Copie.jpgIMG_4618.jpgIMG_4643.jpgIMG_5387.jpgIMG_5164.jpgP1010519.JPGSaltlake_sunset.JPGcalifornie_198.jpgcalifornie_211.jpgcalifornie_224.jpgcalifornie_322.jpgIMG_4353.jpgIMG_4902.jpg

jeudi 24 septembre 2009

RAOUL - JAMES THIERREE

Raoul de et avec James Thierrée

Un décor comme si on était en mer : des voiles de tissu de vieux draps immenses, une construction faite de barres en forme un peu comme un tipi, représentant un sous marin ou une tour avec quelques objets détournés, objets de cuisine, de décor, de musique, de bric et de broc, jeux de lumière avec des ombres, et bien sûr l'éternel fauteuil et le rideau que l'on retrouve dans chacun des spectacles.

Au début je me suis fais prendre au jeu, j'ai vraiment crû qu'ils étaient plusieurs sur cette île ! En fait c'est avec lui-même que Raoul se bat., se parle à lui-même dans une langue inventée par lui.

Il s'invente des bêtes bizarroïdes comme dans chaque spectacle, cette fois elles sont marines, vont-elles manger Raoul ? Vont-elles nous manger nous malgré leur costumes extraordinaires ?

On voit Raoul, seul, avancer dans sa démence, détruire peu à peu sa tour et son monde comme un jeu de Mikado. Tour à tour chef d'orchestre ou musicien avec sa tour ou son violon, dresseur de chevaux (extraordinaire) ou éducateur canin, Raoul nous emmène dans son univers intérieur avec ses mouvements corporels inimitables, ses danses, ses mimiques, son jeu avec le public. Je me suis pris de ses fous rires... je me suis souvent demandée, que va-t-il encore se passé, qu'est-ce qu'il va nous faire encore, nous inventer de farfelu ? Je me suis sentie toujours en éveil. pour ne rien rater.

Et à la fin, une bête à laquelle on ne s'attend pas, elle n'est pas marine celle là, va aider Raoul à se libérer dans les cieux.....

James Thierrée a encore évolué dans son jeu d'acteur et vraiment on retrouve bien le petit fils de Charlie Chaplin. Ce n'est pas une copie ni une imitation mais une intégration fine et très personnelle qui le rend chaleureux, profondément humain et proche de nous, d'une grande beauté. UN ACTEUR EXCEPTIONNEL.

C'est vraiment un spectacle de création mêlant toujours nouveau cirque, théâtre, mime, danse . très poétique et très tendre, unique.

Ce spectacle m'a vraiment enjouée, je bougeais intérieurement comme une sauterelle. J'ai même eu du mal à m'endormir ensuite. Cela m'a vraiment plu et je retournerais le voir volontiers. Comme les spectacles précédents.

C'est un spectacle tous publics.

1-James_Thierree.jpg MAISON DE LA DANS LYON SEPTEMBRE 2009

lundi 10 août 2009

9 Août : la SAINT-AMOUR

9 Août : la SAINT-AMOUR... et cela se passe à Saint-Amour et ce jour là, justement nous fêtions encore une fois l'anniversaire de Jean Marie... à l'Auberge du Paradis. (voir le lien sur la droite avec ce lieu).

Par cette belle journée, nous sommes arrivés à Saint-Amour. Joli restaurant, bien fleuri. Nous sommes tous séduits par le décor moderne, amusant, créatif . Quelle belle table avec les grands verres à vin, ! Quel beau menu en perspective, sept plats, servis en dégustation. Goûts surprenants, sucré, salé et des épices à chaque fois différentes mariées avec délicatesse. Je ne vous dirai pas tout pour vous laisser le plaisir de la découverte. Quand même mon frère a été subjugué par le sorbet à la betterave rouge ! original pour un dessert. Accueil et service presque parfait...

C'est le restaurant des grandes occasions, pour fêter les choses importantes avec les gens que nous aimons. A partager. Réserver à l'avance, la salle affiche souvent complet.

samedi 8 août 2009

JEUX D ETE

Cette année, comme nous sommes beaucoup à la serve pendant les vacances et que Charles est là, le jeu de l'été c'est la pétanque !

En intérieur, Marie Françoise et Christiane font de nombreuses parties de scrabble. On joue aussi à la belote coinchée, au tarot.

jeudi 13 novembre 2008

à LA Recherche de joséphine

Spectacle de Jérôme savary

12-Savary.jpg

Au mois d'octobre je suis allée voir ce spectacle à la maison de la danse de Lyon.

Ca se passe aux Etats-Unis à la Nouvelle Orléans. C'est un retour sur l'histoire des noirs aux Etats-Unis : leur arrivée d'Afrique comme esclaves, leur goût pour la musique, la danse. Cela est entremêlé avec l'histoire récente de l'ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle Orléans. Un Parisien est venu chercher une jeune pour jouer le rôle de Joséphine à Paris au moulin rouge. On suit en même temps l'histoire du Jazz et de son parcours conté par un comédien un peu âgé très émouvant avec sa voix magnifique, tellement naturel et proche du public.

Sur scène il y a bien sûr des musiciens, des chanteurs, des danseurs. Le jazz est présent d'un bout à l'autre. Sur l'écran géant défilent des images de l'ouragan et du désastre de la ville.

C'est aussi un hommage à Joséphine Baker qui aimait son pays et la France.

C'était avant les élections américaines, depuis surprise ? Barack Obama est devenu le premier président issu de cette histoire venue d'Afrique ! je suis très contente.

mercredi 24 septembre 2008

BEAUJOLAIS : vendanges 2008

Afin "d'alléger" le chargement du blog, je fais des essais de diaporamas en colonnes, sur la droite.

Sur mon PC assez puissant avec un grand écran plat et une bonne définition cela fonctionne très bien. Celui sur les vendanges en Beaujolais, campagne 2008 (la fin) par exemple un peu large déborde de la page mais est tout à fait visible. Si ce n'est pas le cas chez vous, dites le ! je peux le faire apparaître en plus petit.

Pour le voir en grand écran coller le lien ci-dessous dans votre barre, puis entrée. http://www.kizoa.fr/i-Contact/sflex.swf?fmode=5&did=226076&kc=9010339

vendredi 19 septembre 2008

GRAND CORPS MALADE

Je viens de découvrir le premier disque de Grand Corps Malade (midi 20), avec lui j'ai découvert le slam. Ces poèmes en musique me touchent beaucoup. Sa voix est douce, chaleureuse, forte, avec un timbre particulier et je comprends bien ce qu'il dit parce qu'il articule bien. Je préfère très nettement aux rappeurs ! C'est vrai que c'est complètement différent.

Je peux me faire facilement des images, c'est comme dans une livre. Je ressens l'ambiance de la ville où il a grandi grâce aux images que j'arrive à me faire. J'ai maintenant hâte de découvrir son dernier album : Enfant de la ville.

GCM

dimanche 10 août 2008

Zahra - 4 - nous sommes de la terre et nous y reviendrons

Episodes précédents : Zahra1 - Zahra2 - Zahra3

...ou celles qui peuvent réellement être des êtres de sables,

zahra-4.jpg ...ma grand-mère avait un verset qui lui revenait à chaque fois "nous sommes de la terre et nous y reviendrons" quoi de plus simple pour résumer toute une existence?, le fait d'être en terre symbolise toutes nos faiblesses, tout ce qui fait de nous des êtres en réalité, y revenir c'est embrasser le pardon, oser l'offrir à nous même et oser le demander, sa philosophie était simple la vie est faite pour donner; l'au-delà est fait pour recevoir et être récompensé, ce qui revient à dire qu'il ne faut jamais attendre d'être récompensé par nos semblables et n'attendre en contrepartie que ce plaisir cette joie et ce bonheur d'avoir donné, non pas des restes mais donner même ce dont on a besoin, elle disait que donner n'est pas uniquement le fait de donner quand on possède mais même quand on n'a rien, elle disait aussi qu'on ne peut pas ne pas avoir rien à donner, car donner un sourire c'est aussi donner, elle avait une manière si particulière de sentir les gens, de lire en eux, elle répétait tout le temps que le bon attire le bon, que le bon doit pardonner au mauvais. ses rides me faisaient penser aux dunes de sables sur lesquelles un vent doux vient de laisser des traces,et chaque ride, si elle pouvait parler, aurait raconter toutes les histoires de cette femme qui seule, avait élevé en plein désert ses deux enfants: l'aîné qui est mon oncle et le cadet qui est mon père, et si mon défunt oncle était le maître du rire et des fêtes, mon père, lui était le grand silencieux,... ... suivre.

Merci encore à Khadija de nous faire partager ces moments. contexte original

vendredi 8 août 2008

Zahra-3- lui dédier quelques mots d'amour

Vers Zahra1 - Zahra 2 "...tellement généreuse et tellement présente pour les autres,

zahra-3.jpgje ne sais pas pourquoi, à chaque fois je pense lui dédier quelques mots d'amour et de tendresse même si elle n'est plus là peut être que nous ne pensons pas dire à ceux que nous aimons qu'on les aime qu'une fois loin de nous, mais quand elle a quitté son désert, je n'étais pas assez grande pour savoir qu'un héritage vient de s'éteindre en la personne de cette femme dont le seul orgueil était le sable, cette infinité qui seule apaise les cœurs assoiffés de se retrouver et de se reconnaître, parler de ma grand-mère zahra c'est parler de moi en quelque sorte, j'étais sa préférée, en plus son nom entier c'était zahra bent attalb, ce qui signifie la fille de celui qui étudie ou qui donne le savoir, j'ai toujours aimé mes études depuis petite mais je ne peux pas prétendre donner un savoir, cela ne dépend pas de moi d'en juger, car ce que j'aime partager avec mes élèves c'est plus que le savoir, des moments de communion des moments ou le fil de mes idées les parcourent et où j'arrive à capter un tout petit peu de ce qui fait leur monde, de ce qui fait leur univers. Comme ma grand-mère je suis hantée par les lieux, habitée par les odeurs, marquée par les visages, cela peut paraître un discours nostalgique mais loin de cela , pour moi c'est une tentative de me reconnaître en tant que porteuse des secrets du sable, ceux qui n'ont jamais été révélés que pour ceux ou celles qui peuvent réellement être des êtres de sables,..." ... à suivre

contexte original

mercredi 6 août 2008

Zahra-2- de suivre les étoiles

Episode précédent zahra-2.jpg"...il suffisait d'embrasser le lointain, de suivre les étoiles pour se retrouver, et chaque étoile avait un nom avait une mission avait une vie et une existence pour elle, je blâme ma mémoire d'avoir oublié ces noms magiques, je blâme ma mémoire de ne pas avoir bien écouté avec mon cœur et mon âme ce qu'elle nous racontait car il ne suffisait pas d'un cœur pour retenir ses mots, il fallait une âme , une âme qui appartient à ce désert, une âme qui le contient et l'englobe et l'absorbe, j'essaie par mes mots de la retrouver, retrouver ses traces, retracer ce qu'elle endurait pour survivre dans ce grand univers immense de sables qui était le sien, le mien aussi,quand je lui lavais les cheveux lors de ses visites chez nous (les gens de la ville) elle n'arrêtait pas de me dire qu'il fallait se comporter avec chaque goutte d'eau comme un être cher et par conséquent il fallait qu'aucune goutte ne tombe sans avoir servi à quelque chose, elle ne trouvait aucun souci à mettre en garde les voisins contre le danger de gaspiller l'eau, en leur répétant à chaque fois que ce qui vient du ciel ne doit en aucun cas être utilisé que pour le plus sacré: la vie des hommes et surtout ceux du désert . je me souviens que sa main gauche ne savait pas ce que sa main droite a donné: tellement généreuse et tellement présente pour les autres,..." ......à suivre....

Contexte original

lundi 4 août 2008

Zahra-1 - celle qui vient de ce grand désert

Ecoutons Khadija "raconter" ...

zahra1.jpg"Celle qui vient de ce grand désert s'appelle Zahra, ce qui signifie fleur, un nom assez bizarre pour quelqu'un qui n'a jamais connu que le désert, une fleur du désert voilà ce qu'elle était, et quand je pense à elle je la revois au fond de moi, reflétant mon amour pour tout ce qui est sable, mon amour pour tout ce qui est ensoleillé, elle avait le soleil dans ses yeux en quelque sorte, les grains de sables dans ses rides et elle avait assez de place dans son cœur pour contenir ce sable, cette grande présence pleine de mystères, je la revois encore , je l'écoute encore nous racontant ce qui était autrefois, ce qui faisait autrefois la vie de ses semblables, mes semblables, mes ancêtres, la plus grande richesse était d'avoir une tente et le plus vital c'était d'exister à quelque kilomètres d'un cours d'eau ou d'un puits fait par les ombres du désert, elle avait une drôle façon de faire la vaisselle, si toutefois on peut appeler ces jarres en terre ainsi, elle lavait avec le sable, l'eau c'était si précieux qu'on le gardait pour le plus vital: boire, même pour la prière il suffisait d'embrasser le sable pour se purifier, il suffisait d'embrasser le lointain,"... à suivre

contexte original

dimanche 3 août 2008

Khadija et Zahra

Ma secrétaire étant partie en vacances, j'en profite de mettre des billets sélectionnés dans le blog de ma tante :

Voilà 2 prénoms que l'on trouve fréquemment dans cette région du monde... Khadija, celle dont nous parlons ici, est une petite femme rencontrée au hasard de l'attente d'un autocar. Ses ascendants sont venus du déserts eux aussi. elle, elle vit à la ville et n'a de ce désert et de cette vie de nomade que le souvenir de sa grand-mère. Elle a étudié, en particulier le français, elle possède une licence de littérature française ; elle travaille dans l'enseignement au Maroc. Elle a envie de parler de ses racines à travers cette femme qu'était sa grand-mère, Zahra. Un autre prénom très usité par ici, souvent associé à Fatma ; "Fatma-Zahra". mais ici, il s'agit bien de Zahra, l'anagramme Zahar... Oui oui.... Elle a écrit, au départ pour évoquer les souvenirs et ensuite a décidé d'écrire plus largement, de se lancer dans un roman. Elle m'a montré quelques pages, et nous avons décidé de prendre un petit bout et de vous le livrer par "épisodes" tout au long de cet été. C'est une bonne manière de faire connaître quelques unes des traditions quotidiennes de la vie des nomades nés dans le Sahara et notre association Alnomadine a le plaisir d'accueillir cette jeune écrivaine et d'essayer de la faire connaître. On vous le proposera le vendredi : jour de notre rencontre, jour de la prière dans l'Islam et donc jour des rencontres, du temps libre, de la réflexion... jour préféré de Zahra aussi; donc rendez-vous ces prochains vendredis avec le monde de Zahra vu par Khadija. Donc en attendant de faire connaissance avec Zahra, on vous embrasse et on vous dit à bientôt. Les 2 nomades contexte original

lundi 31 mars 2008

les femmes et les tentes nomades

http://art-dine.over-blog.com/article-18294358.html

DSC01296.JPG

m--hamid-2r.jpg

denise.bmp

Les femmes nomades sarahouies détiennent des savoir-faire fondamentaux pour la sauvegarde du patrimoine traditionnel ; surtout celles qui ont vécu dans le désert, bien-sûr. depuis que la sédentarisation a commencé, ces traditions se perdent. Comme partout dans le monde, l'arrivée de l'industrie à certains endroits a modifiéles donnes. Al Nomadine, l'association qui veut oeuvrer à la sauvegarde du patrimoine naturel, culturel et traditionnel a inscrit dans ses objectifs de l'année un

2e chantier (le premier c'est celui de la palmeraie... voir article) le tissage des tentes nomades..] Le projet de l'association, c'est que 2 ou 3 femmes qui détiennent ces savoir-faire traditionnels les transmettent aux jeunes générations. L'idée est de lancer la fabrication d'une tente dès que nous aurons récolté les moyens de lancer cet "atelier". Alors bien sûr si vous connaissez des organismes, des associations qui soutiennent de tels projets, n'hésitez pas à nous les faire connaître. On vous donne des nouvelles des projets de l'association et on développe un peu les projets pour en "causer".... A très bientôt Les 2 nomades

http://art-dine.over-blog.com/article-18294358.html

mardi 4 mars 2008

Retour

L'envie me prend de dessiner comme ma tante !

sara_naige_015.jpg

sara_naige_016.jpg

dimanche 20 janvier 2008

DRACULA la comédie musicle

dracula en avant-permière a lyon a la maison de la danse

DRACULA-ENTRE L'AMOUR ET LA MORT

34-35Dracula-1.jpg

img003.jpg

liens  du site est a droite cliquer sur dracula la comédi musicale

Nous arrivons à la maison de danse avec un ami que nous avons invité pour voir le spectacle de DRACULA. C'est une première pour lui car il n'est jamais venu à la maison de la danse.

Nous voilà installés, bien placés dans une atmosphère déjà bien chaude. La température en ce mois de janvier dépasse des sommets !.... Avec le lever du rideau, le spectacle va commencer :

le décor est magnifique, l'ambiance de Dracula est là !.... Une marionnette est le conteur de l'histoire. le personnage marionnetiste laisse voir son propre visage et devant il porte un masque de lui-même agrandi. C'est amusant, recherché, et la voix qui accompagne nous titille les oreilles !

Les chanteurs et chanteuses, dans cette comédie musicale, sont québéquois. Les voix ont beaucoup de présence, et on entend de temps en temps une pointe d'accent ! C'est une version originale, très moderne de Dracula. Je trouve que les textes sont recherchés, émouvants, et m'ont beaucoup touché. Les décors, eux aussi sont modernes et utilisent les techniques actuelles. Le décor principal est un escalier avec lequel les personnages jouent dans toutes les scènes ainsi que la table (à la fois cercueil, porte, ...). Des écrans petits et grands sont utilisés pour montrer des représentations de lieux, d'émotions etc..... Ils utilisent énormément de jeux de lumière pour montrer des décors, pointer des personnages. On se sent ainsi vraiment à l'intérieur de la scène.

Elhemina va-t-elle succomber à Draculla ou rester dans les bras du beau journaliste Jonathan. Le bien ou le mal, la vie ou la mort ?..... à vous de voir la suite

- page 1 de 3